Actes anti- musulmans une cellule de veille s’active à Lyon

lundi 8 juin 2009

« Trop, c’est trop », avaient protesté de nombreux musulmans de Rhône-Alpes après l’incendie criminel de la mosquée de Saint-Priest, en décembre dernier dans le Rhône. Quelques mois plus tôt, c’est une autre mosquée, celle de Meyzieu qui avait déjà été prise pour cible et vandalisée…

Tous seront sans doute rassurés d’apprendre qu’une cellule de veille des actes anti-musulmans vient d’être mise sur pied à Lyon.

C’est la première du genre en France, et elle a été installée jeudi (4/6/09) après midi par le procureur général jean-Olivier Viout, lors d’une réunion de travail à la cour d’appel de Lyon. Un projet voulu de longue date par le haut magistrat : « Nous avons créé en 2004 une cellule de veille des infractions à connotation antisémites et il n’y a pas de racisme à deux vitesses » insiste jean-Olivier Viout.

La « cellule de veille des infractions à connotation anti musulmanes » regroupe outre le procureur général et l’avocat général les procureurs de la république du ressort de la cour d’appel (Rhône, Loire, Ain) ainsi qu’une douzaine de représentant de la communauté musulmane du Rhône, de la Loire et de l’Ain, des volontaires issus du monde religieux et de la société civile (Avocat, expert-comptable, employés). Elle se réunira deux fois par an dans les batiments de la cour d’appel de Lyon et sera « automatiquement » convoquée en cas d’incident. Sa mission ? faire l’inventaire des infractions contre les personnes, les biens et les lieux de culte pour « lutter contre le chiffre noir », selon l’expression de jean-Olivier Viout, en « vérifiant que les procureurs ont bien été informés de toutes les affaires » et en s’assurant que « chaque victime ait la certitude qu’une suite soit donnée ».

La cellule dressera un rapport « très précis » sur les enquêtes et leurs résultats dans une « totale transparence ». assure le procureur général. La réunion de jeudi a déjà permis de faire remonter les cas d’une femme voilé exclu temporairement d’un emploi à Oyonnax dans l’Ain.

Parmi les membres de cette toute nouvelle cellule, Azzedine GACI président du Conseil Régional du culte Musulman exprime sa grande satisfaction. « Il n’est pas question qu’il y ait une hiérarchisation entre les actes racistes, antisémites ou islamophobes. Tout le monde doit être logé à la même enseigne. La création de cette cellule est extrêmement importante en cette période de changements économiques et politiques, où nous constatons que certaines personnes ne se privent pas d’insulter des Musulmans dans la rue. Le procureur nous a dit de rien laisser passer et déposer une main courante pour chaque injure ou insulte ». La prochaine réunion de la cellule est prévue à la fin de l’année.

Nicolas Ballet
nballet@leprogres.fr